Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/01/2015

Inauguration de la Maison Départementale des Solidarités Pierre Arraut

MON INTERVENTION LORS DE L'INAUGURATION DE LA MAISON

DEPARTEMENTALE DES SOLIDARITES PIERRE ARRAUT

LE 13 JANVIER 2015

La Maison Départementale des Solidarités que nous inaugurons aujourd’hui, c’est d’abord le résultat d’une volonté politique forte de l’Assemblée Départementale et de son Président André Vezinhet. Montrer, mieux encore, que le Département est là, dans cette ville de Sète, pour déployer les politiques publiques, et notamment dans ses compétences sociales, avec ses équipes de la solidarité départementale, mais aussi de l’insertion, mais aussi de la culture, avec l’antenne culturelle très tôt installée sur ce site, avec la vie associative et les partenaires de la filière gériatriques, le CLIC Géronthau, mais aussi du logement social avec la résidence de la glacière et  l’Accueil Migrant, présent sur le site depuis le début de ce projet.

Regrouper les services, faciliter l’accueil des usagers, améliorer les conditions de travail des personnels, ont motivé la  réhabilitation de cette ancienne caserne de gendarmerie pour rendre plus opérationnelle l’action conduite par nos équipes.

Les lieux, investis en plusieurs étapes, ont suscité concertation, débats, adaptations, modifications ; aujourd’hui les résultats sont là et c’est plutôt bien.

Merci à tous ceux qui ont œuvré à ce chantier et à l’installation de nos services ; merci aux personnels, ceux qui ont occupé les lieux en premier dans le chantier, et ceux de l’agence de la solidarité de la rue Pascal qui ont investi le site, il y a quelques mois, pour assurer toutes les missions sociales dans un contexte particulièrement difficile et l’actualité de ces derniers jours nous en révèle toute l’ampleur.

Ce contexte, marqué ici plus qu’ailleurs par l’explosion du chômage et de la précarité, de la misère, de l’injustice sociale, ne rend que plus indécent la progression à deux et à trois chiffres des grandes fortunes, des revenus des actionnaires des grands groupes.

Un contexte qui rend encore plus inacceptable la réduction du financement des politiques publiques et des collectivités qui, comme les Départements, réalisent plus de 70% de l’investissement public ; cela ajoute du chômage, porte atteinte aux actions de proximité, éloigne le citoyen un peu plus encore des lieux de décisions au nom d’une réforme qui bouleverse les institutions et les compétences des collectivités qui mettent en œuvre les politiques publiques de proximité.

Ce n’est pas acceptable, on ne l’accepte pas ! Tel est le sens profond donné au nouveau projet social du Département de l’Hérault.

L’actualité de cette semaine, nous en donne sa pleine justification. Passée l’émotion et l’immense mobilisation citoyenne qui s’est levée pour faire barrage à la barbarie, le temps des questions est venu sur les racines du mal, sur l’ordre du monde où la violence, les haines, les guerres sont banalisées. Sachons aussi réfléchir et agir pour, qu’ici et ailleurs, l’humain guide la marche des sociétés.

Fruit d’une collaboration avec plus de 600 acteurs du social, ce projet touche aux valeurs et fixe l’objectif d’une réelle participation citoyenne à la conception et à la mise en œuvre des politiques sociales, des modifications à insuffler dans nos pratiques et dans notre partenariat avec les associations, les usagers, les institutions.

Le nom de Pierre Arraut, donné à cette Maison Départementale des solidarités, me touche profondément, et je remercie les élus du Conseil Général, mon collègue Jean-Michel Du Plaa Vice-président délégué à la solidarité, et vous Monsieur le Président, André Vezinhet, pour ce choix.

Pierre Arraut n’était pas un sétois de souche, c’était un titi parisien, un vrai prolo qui a fait à 13 ans son apprentissage dans la métallurgie. Ouvrier à 15 ans chez Berliet à Lyon, cheminot en 1936 à la compagnie des Chemins de fer au PLM de Sète, c’est là que ses convictions syndicales et politiques se forgent.

Secrétaire adjoint au syndicat CGT, il adhère au PCF en juin 1939. Mobilisé dans le génie des Chemins de Fer à la déclaration de guerre, dès sa démobilisation, il s’engage dans l’action clandestine de sa formation politique. En raison de ses fonctions à la gare de Sète, nœud important pour le trafic fret, il devient très vite un maillon précieux pour la résistance dans le renseignement sur les transports utilisés par les allemands.

Arrêté le 1er avril 42 sur dénonciation, libéré par les FTP après 28 mois d’incarcération, il assure des responsabilités au 14ème bataillon FTP de Dordogne, puis devient responsable de l’imprimerie de «  France d’Abord » et enfin, commissaire militaire aux voies ferrées de la Dordogne, comme lieutenant.

C’est en décembre 1944 qu’il regagne Sète où il devient en 1945 le 1er maire de Sète élu, de la libération jusqu’en 1947, élu au Conseil Général de septembre 1945 à mars 1949, député en 1967 jusqu’en mars 1968 et élu à nouveau au parlement en 1973.

Mais c’est dans son mandat de maire, à partir de 1959, qu’il déploie toutes ses capacités de bâtisseur et de rassembleur, nouant des liens étroits, intimes avec la population de la ville.

Pierre c’était un gentil, avec des convictions fortes. C’est avec lui que j’ai en 1971, âgé de  21 ans, exercé mon premier mandat d’élu au Conseil municipal de Sète. Et ce fût un très grand honneur et une grande chance d’avoir vécu cela il y a déjà 46 ans.

On doit à Pierre Arraut, et à son équipe, les maisons des jeunes et de la culture, les premiers foyers pour les personnes âgées dans les quartiers, la restauration scolaire et sociale municipale, l’ouverture de la première crèche municipale, les centres d’accueil de la petite enfance aux quatre coins de la ville, un programme ambitieux de construction de nouvelles écoles maternelles et primaires, la construction du lycée municipal Joliot Curie (grande première dans la région pour l’époque !), le déploiement d’un vrai service social de l’action sociale, les premiers départs en classe de neige du département de l’Hérault … Pour ne citer que ces quelques exemples. Permettez-moi de saluer Armande Maillet, qui est présente cet après-midi parmi nous, et qui fût l’adjointe de Pierre Arraut déléguée à l’action sociale.

Il y a tellement de sens entre ce que Pierre Arraut a été pour cette ville et la vocation de cette Maison de Départementale des Solidarités ! Il faut que nous soyons plus offensifs que jamais afin que l’Humain conditionne ce que nous avons à entreprendre pour aujourd’hui et demain.

Permettez-moi pour conclure mon propos de citer Jean Jaurès :

«L’histoire nous enseigne la difficulté des grande tâches, la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. » 

 

maison solidarité,pierre arraut

 

Les commentaires sont fermés.